Le Premier ministre turc : « Ne tolérez pas les enseignants sympathisants de Gülen et du PKK »

0

Le premier ministre turc Binali Yıldırım a appelé lundi les enseignants dans le pays à ne montrer aucune tolérance vis-à-vis de leurs collègues qui sont sympathisants du mouvement Gülen et du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et de ne pas leur permettre de continuer à travailler. « Chers enseignants, j’ai une demande importante à vous faire: Ne montrez jamais aucune tolérance aux pro-FETO et aux mouvements séparatistes et à vos collègues qui les soutiens. Ne leur permettez pas d’être parmi vous », a déclaré Yildirim lors d’une cérémonie dans la province orientale d’Erzincan, marquant le début de la nouvelle année scolaire.

FETO (Organisation Terroriste Fethullah) est un acronyme que le gouvernement turc a inventé pour désigner le mouvement Hizmet, inspiré par les idées de Fethullah Gülen, intellectuel musulman exilé aux Etats-Unis, malgré l’absence d’une décision de justice qui prouve toute activité terroriste du mouvement. L’appel de Yıldırım vient à un moment où des milliers d’enseignants ont été suspendus ou démis de leurs fonctions dans le cadre d’une chasse aux sorcières en cours contre le mouvement en vertu de l’état d’urgence déclaré à la suite de la tentative de coup d’Etat manqué le 15 Juillet. La Turquie a également suspendu plus de 10.000 enseignants de leurs postes en raison de leurs liens présumés avec le PKK.

Le Parti de la Justice et du Développement (AKP), parti du gouvernement de la Turquie, qui a lancé une guerre contre le mouvement Gülen suite à l’éruption d’un scandale de corruption à la fin de 2013, dont les membres supérieurs du gouvernement ont été impliqués, a porté sa répression en cours sur le mouvement et ses sympathisants à un nouveau niveau après une tentative de coup d’Etat manqué le 15 Juillet qui a tué 240 personnes et blessé un millier d’ autres. Bien que le mouvement nie fermement avoir un rôle quelconque dans les enquêtes de corruption et dans la tentative de coup d’Etat, le gouvernement l’accuse d’avoir orchestré les deux, malgré l’absence de toute preuve tangible. L’intellectuel musulman turc Gülen a appelé à une enquête internationale sur la tentative de coup d’Etat, mais le président Recep Tayyip Erdoğan – appelant la tentative de coup d’Etat « une bénédiction de Dieu » et le gouvernement ont lancé une purge généralisée visant à nettoyer les sympathisants du mouvement au sein des institutions de l’Etat, à déshumaniser ses figures populaires et à les mettre en garde à vue.

Le début de la nouvelle année scolaire pour 18 millions d’élèves et 900.000 enseignants a été éclipsé par la purge continue des éducateurs. Les syndicats d’enseignants ont appelé les autorités à reporter le début de la nouvelle année scolaire en raison d’une pénurie du nombre d’enseignants. Près d’un million d’étudiants sont affectés par la purge puisque leurs enseignants ont été suspendus ou licenciés de leurs postes par le gouvernement, a déclaré vendredi Veli Demir président du syndicat de travail des enseignants. Environ 50.000 enseignants ont été licenciés ou suspendus par le gouvernement de leurs postes en raison de leurs liens présumés avec le mouvement Gülen. Lundi, les cérémonies dans les écoles ont été consacrées à la commémoration de la « Victoire de la Démocratie et des martyrs du 15 Juillet » conformément à un ordre du ministère de l’Education.

Comments are closed.