La Turquie saisit 18 entreprises d’Akın İpek d’une valeur de 10 milliards de dollars

0

Un tribunal d’Ankara a ordonné jeudi la saisie de tous les actifs d’Akın İpek, soit 18 entreprises qui valent plus de 10 milliards de dollars, a écrit İpek sur son compte twitter personnel.

La juge de la 4eme Cour pénale de la paix, Deniz Gül a ordonné jeudi de transférer tous les actifs des 18 entreprises appartenant à İpek au Fond d’épargne d’assurance-dépôts (TMSF) pour des liens présumés avec le mouvement Gülen, un mouvement social inspiré par l’intellectuel turc Fethullah Gülen, que le gouvernement turc accuse d’avoir orchestré la tentative du coup d’Etat manqué du 15 Juillet en Turquie.

La nuit devient plus sombre, la tempête devient plus sauvage. Je ne cède pas. Ils ont saisi toutes mes entreprises aujourd’hui. 10 milliards de dollars. Sans procès, sans avis d’un tribunal. Je n’ai rien fait de mal. Je n’ai été impliqué dans aucun crime. Je n’ai jamais renoncé à vivre dans la droiture. Ma religion m’interdit (de vivre d’une mauvaise manière). Dieu m’a accordé la richesse, et je dis juste que s’Il le souhaite, Il donne à nouveau. Tant de douleur, tant de larmes … a écrit İpek dans ses tweets.

maison-melek-ipekPlus tôt jeudi, un mur et des tonnelles d’une maison appartiennent à Melek İpek, la mère d’Akın İpek, qui étaient prétendument construits de manière illégale, ont été démolis par les équipes de la municipalité du district de Gölbaşı d’Ankara, qui est une commune du Parti Justice et développement (AKP), sous fond de musique de la marche ottomane.

La famille İpek a subit une pression immense de la part du président Recep Tayyip Erdoğan et du gouvernement du Parti justice et développement (AKP) en raison de leurs liens présumés avec le mouvement Gülen, suite aux opérations de corruption qui ont été menées les 17 et 25 décembre 2013.

Le 24 octobre 2015, le gouvernement a nommé des administrateurs pour prendre en charge la gestion de dizaines d’entreprises appartenant à la famille İpek, en plus de plusieurs médias opérant pour le groupe de médias İpek, en raison de leur position critique contre le gouvernement.

Plus tôt mercredi, un tribunal d’Istanbul a également ordonné la saisie de tous les actifs de 41 hommes d’affaires soupçonnés de financer le mouvement Gülen. Les actifs de AKFA Holding et ses 44 filiales ont été également saisis.

Quelques 12 milliards de lires turques (environ 4 milliards $) ont été transférés au Trésor dans le cadre d’une enquête sur le mouvement Gülen, a déclaré le ministre de l’Environnement et de l’Urbanisation Mehmet Özhaseki le 1er  Septembre.

Un total de 2 514 biens ont été transférés au Trésor et 2 083 biens à la Direction générale des fondations. Leur valeur évaluée à environ 12 milliards de TL a été transférée au Trésor , a déclaré Özhaseki.

Secoué par les enquêtes de corruption des 17/25 décembre 2013, le gouvernement turc a lancé une chasse aux sorcières contre les sympathisants de Gülen. Plus de 4 000 personnes ont été détenues, plus de 900 arrêtées et quelque 300 entreprises, y compris les banques, hôpitaux et médias avaient été saisis par le gouvernement depuis la mi-2016.

Immédiatement après le putsch du 15 Juillet, le gouvernement AKP avec le président Recep Tayyip Erdoğan ont accusés le mouvement Gülen. Bien que Gülen et le mouvement aient nié l’accusation et aient appelé à une enquête internationale, Erdoğan – appelant la tentative de coup d’Etat « une bénédiction don de Dieu » – et le gouvernement ont lancé une purge généralisée visant à nettoyer l’intérieur des institutions étatiques des sympathisants du mouvement, et à déshumaniser ses figures populaires en les mettant en garde à vue.

Comments are closed.