Le Ministère de l’Education détruit les manuels écrits par des présumés partisans de Gülen

0

Quelques jours avant le début de la nouvelle année scolaire, le Ministère de l’Education de la Turquie a décidé de détruire les manuels écrits par les adeptes présumés du savant musulman turc Fethullah Gülen qui est accusé par le gouvernement turc d’avoir orchestré une tentative de coup d’Etat manqué le 15 Juillet.

Selon les rapports des médias, les manuels scolaires avaient été préparés à être détruits avant la tentative du coup d’Etat manqué. Des milliers de personnes ont été licenciées de la fonction publique après la tentative du coup d’état du décret d’urgence, y compris les auteurs de 58 manuels scolaires qui allaient être distribués dans les écoles par le ministère.

Le ministère a examiné les livres suivants les développements récents et a décidé que les manuels rédigés par des partisans présumés de Gülen seront détruits et que des nouveaux manuels sont en cours de préparations. Les livres détruits seront censés être envoyés au recyclage.

Quelque 250 millions de livres, dont le contenu a été réexaminé par le ministère, seront prêts d’ici le 19 septembre, jour de la rentrée des écoles.

La Turquie a également interdit la vente de livres de Gülen et les gens sont emprisonnés pour avoir simplement les copies des livres de Gülen dans leurs maisons.

Le président Recep Tayyip Erdoğan et le Parti de la justice et du développement (AKP) ont lancé une chasse aux sorcières contre les gens qui sont sympathisants avec Gülen depuis le 17 décembre 2013 suite à la divulgation des enquêtes de corruption. Le processus s’est avéré être une guerre totale contre les sympathisants de Gülen depuis le coup d’Etat du 15 Juillet.

Conformément à un décret d’état d’urgence publié le 1er septembre, 50 589 fonctionnaires ont été licenciés et interdit d’emploi dans toute institution de l’Etat. Le Ministère de l’éducation se trouve en tête de la liste des licenciements avec 28 163 personnes (la plupart d’entre eux sont des enseignants). Un total de 7669 agents de police et 323 forces de gendarmerie ont été démis de leurs fonctions. Le décret a également inclus les licenciements de 2346 employés du Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK); 2018 du ministère de la Santé; 1519 de la Direction des affaires religieuses; 829 du ministère des Finances et 733 du ministère de l’Alimentation, de l’agriculture et de l’élevage.

Comments are closed.