La Turquie supprime les preuves de torture et de mauvais traitements

0

Le Département de la police nationale turque a mis en garde tout son personnel afin d’obéir aux règles internationales de détention et de cesser d’utiliser des centres de détention non officiels. Cette mise en garde a eu lieu quelques jours avant qu’une délégation du Comité pour la Prévention de la Torture (CPT) ne fasse une visite en Turquie afin de déterminer si les personnes en garde à vue sont soumises à des mauvais traitements, selon une information anonyme reçue par le site Turkey Purge.

La délégation du CPT était en Turquie pour effectuer des inspections entre le 28 août et le 6 septembre ? La visite de la délégation est intervenue suite aux allégations générales soulevées d’abord par Amnesty International, qui a déclaré qu’il avait recueilli des preuves crédibles que les détenus en Turquie étaient battus, torturés et dans d’autres occasions violés, dans des centres officiels et non officiels de détention à travers le pays.

lettre cpt completDans une lettre classifiée, envoyée avant la visite du CPT et transmise au site Turkey Purge de façon anonyme, l’administrateur général par intérim de la police nationale turque a mis en garde tous les agents au sujet de la visite et leur a ordonné d’éviter d’utiliser des installations sportives comme les centres de détention pendant le séjour de la délégation dans le pays. Le fonctionnaire a également demandé aux policiers d’obéir à des règles internationales de détention alors que la délégation était en Turquie et leur a ordonné de réorganiser tous les centres de détention et de rendre les centres prêts pour l’inspection le plus tôt possible.

Parmi les endroits où des médias rapportent que des détenus ont été torturés ou soumis à des mauvais traitements se trouve la prison de Ayas dans le quartier Sincan d’Ankara; le gymnase au siège de la police d’Ankara, le gymnase de l’Académie de police d’Ankara; le quartier général des Forces spéciales dans le quartier Gölbaşı d’Ankara; les cellules d’isolement de Silivri à Istanbul et les prisons Sincan d’Ankara; un entrepôt derrière le siège de la police d’Ankara; le gymnase de l’Académie de police de Gaffar Okkan de Diyarbakır; et Bağlar, le gymnase de Diyarbakır.

Une chambre juste à côté de la salle de réunion entre avocat-détenu au poste de police d’Istanbul Vatan est également soupçonnée d’être parmi ces endroits.

« … Il a été dit au cours d’une réunion de coordination au ministère des Affaires étrangères le 25 août 2016, que le CPT s’apprête à effectuer une visite dans notre pays entre le 28 août et le 9 septembre 2016, et qu’il peut effectuer des inspections spontanées sur un centre de détention à travers le pays.

À cet égard, je vous prie de montrer l’attention ultime pour éviter d’utiliser des lieux qui servent de centres de détention, y compris les installations sportives; de se conformer à nos propres règles et normes internationales en matière de procédures de détention; et de prendre de toute urgence des dispositions afin d’obtenir tous les centres de détention prêt pour la visite susmentionnée… » peut-on lire dans la lettre classée par l’administrateur général par intérim de la police nationale turque, dont une copie a été fournie de façon anonyme.

Le CPT devrait publier son rapport final sur sa visite suite à la tentative du coup d’Etat en Turquie en Novembre.

À la suite d’une tentative de coup d’Etat le 15 Juillet, l’agence d’information Anadolu gérée par l’Etat a partagé des photos de soldats torturés qui avaient été détenus pour leur implication présumée dans le coup d’Etat. Les médias ont également rapporté que plusieurs détenus se sont suicidés en prison.

Comments are closed.