Les journalistes Atilla Taş, Mutlu Colgecen et Gökçe Fırat Çulhaoğlu sont détenus pour diffusion de propagande pro Gülen

0

Les journalistes Atilla Taş, Mutlu Colgecen et Gökçe Fırat Çulhaoğlu ont été arrêtés mercredi pour propagande présumée en faveur du Mouvement Gülen, que le gouvernement accuse d’avoir orchestré la tentative de coupt d’Etat avortée le 15 juillet.

Mercredi matin la police a arrêté Taş à Gemlik un quartier de Bursa et Colgecen a, quant à lui, été arrêté à Istanbul. Çulhaoğlu, un chroniqueur du journal Türk Solu et leader du Parti National, a également été arrêté après son arrivé au palais de justice Çağlayan à Istanbul.

Çulhaoğlu est connu pour son travail sur l’authenticité du diplôme du président Recep Tayyip Erdogan de l’Université de Marmara, affirmant que le diplôme est faux et que Erdogan n’est pas un diplômé universitaire.

Le mardi 30 août, des mandats d’arrêt ont été délivrés pour 35 personnes. La plupart d’entre eux étant journalistes dont Taş, Colgecen et Çulhaoğlu.

Connu pour sa position critique contre le gouvernement, Atilla Taş a écrit des chroniques pour le journal Meydan jusqu’à ce qu’il soit fermé par un décret gouvernemental délivré en vertu des règles d’urgence suite à la tentative de coup d’Etat. Connu aussi pour ses réponses très satiriques envers les partisans du Parti de Développement et de la Justice (AKP) sur Twitter, Taş a publié un livre dans lequel il a compilé ses tweets humoristiques critiquant le gouvernement. En mars 2015, il a également été brièvement détenu pour « insulte » envers le Premier ministre Ahmet Davutoğlu sur les réseaux sociaux.

Parmi les autres détenus dans la même enquête figurent les journalistes Nurullah Öztürk, Rasih Yılmaz, Murat Aksoy, Abdullah Alparslan Akkuş, Dinçer Gökçe, İskender Yunus Tiryaki, Levent Arap, Ömer Şahin et Ayhan Simsek. Les 25 suspects restants sont toujours recherchés.

Les journalistes Ali Yurttagül, Asım Yıldırım, Ayşe Özkalay, Can Bahadir Yüce, Celil SAGIR, Ergun Babahan, Erhan Başyurt, Eyüp Can Sağlık, Faruk Arslan, Hasan Cücük, İbrahim Öztürk, Ihsan Yılmaz, Kemal Gülen, Kerim Balcı, Mahmut Akpınar, Osman Özsoy , Önder Deligöz, Savaş Genç, Selçuk Gültaşlı, Şemsettin Efe, Turhan Bozkurt, Yavuz Baydar et Yonca Kaya Şahin sont toujours recherchés.

Selon les rapports de presse, les journalistes sont accusés de promouvoir le Mouvement Gülen dans les médias et dans les réseaux sociaux.

Le site de P24 annonce que plus de 100 journalistes sont déjà derrière les barreaux en Turquie.

Le gouvernement turc a fermé plus de 130 médias, y compris trois agences de presse, 16 stations de télévision, 23 stations de radio, 46 journaux, 15 magazines et 29 éditeurs depuis le 15 Juillet.

Comments are closed.