Le Festival International des Cultures et des Langues visé par la purge liée au post-coup d’Etat en Turquie

0

Quatre ministères turcs ont décidé de prendre des mesures pour empêcher le Festival International des Cultures et des Langues dans le cadre des mesures contre les activités du mouvement Gülen.

Les Ministères de l’Intérieur, de la Justice, des Finances et des Affaires étrangères ont mis en place un «plan en six étapes » pour cibler les activités à l’étranger du mouvement, que le gouvernement accuse d’avoir orchestré la tentative du coup d’Etat du 15 Juillet.

Le ministère des Affaires étrangères travaille au travers des ambassades et des consulats turcs pour annuler les festivals, les concours et les activités culturelles organisées par le mouvement, y compris le Festival International, qui ont eu lieu au cours des 14 dernières années. Le but est d’empêcher le mouvement de se « propager à l’étranger », a rapporté le quotidien pro-gouvernemental Sabah.

La Turquie a survécu à une tentative militaire de coup d’Etat qui a tué plus de 240 personnes et blessé un millier d’autres, le 15 Juillet. Immédiatement après le gouvernement, avec le Président Recep Tayyip Erdoğan, a lancé une purge généralisée visant à les sympathisants du mouvement Gülen au sein des institutions de l’Etat, et de déshumaniser les figures populaires du mouvement et de les mettre en garde à vue.

Un total de 81 494 personnes ont subi une purge au sein des organes de l’Etat, 40 029 détenus et 20 355 arrêtés depuis la tentative de coup d’Etat. Parmi les personnes arrêtées figurent des journalistes, des juges, des procureurs, des policiers et des militaires, des universitaires, des gouverneurs et même un comédien.

Ankara vise également à arrêter les écoles et publications à l’étranger liées à Gülen, en envoyant des demandes officielles dans 140 pays où ces écoles fonctionnent, au motif qu’elles diffusent la propagande et le recrutement de personnes au sein d’une organisation terroriste.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que la tentative de prise du pouvoir en Turquie, dans la nuit du 15 Juillet « montre que le mouvement constitue une menace » pour tous les pays où le mouvement est présent.

La Turquie a également commencé à communiquer avec les pays dans lesquels les publications liées à Gülen opèrent, affirmant que le mouvement vise à attirer des sympathisants à travers cette « propagande ».

Comments are closed.