D’anciens moyens de torture font leur retour lors de l’état d’urgence en Turquie

0

L’avocate Gülseren Yoleri, membre de l’Association des droits de l’homme de la Turquie (IHD), a dit que la torture est pratiquée dans les centres de détention de la Turquie et que les dispositifs de torture qui ont été utilisés pendant les périodes de coup d’Etat dans le passé sont à nouveau utilisés lors de l’état d’urgence actuel, a rapporté mercredi le quotidien Cumhuriyet.

L’état d’urgence a été déclaré en Turquie à la suite d’une tentative de coup d’Etat manqué le 15 Juillet, à la suite de laquelle des milliers de personnes ont été arrêtées lors des opérations anti-coup d’Etat.

Yoleri a dit qu’elle a voyagé dans la province de Şırnak et le quartier de Mardin Nusaybin avec une délégation de 18 personnes il y a deux semaines et a visité des centres de détention.

« On nous a dit qu’il y a des actes de torture dans les centres de détention. Le style ancien des techniques de torture ont commencé à être utilisé à nouveau. C‘est comme si les dispositifs anciens de torture comme la pendaison palestinienne et le choc électrique ont été maintenus cachés pendant un certain temps et maintenant mis en service à nouveau », a déclaré Yoleri.

Des milliers de personnes en Turquie qui ont été emprisonnés à la suite des coups d’État militaires de 1960 et 1980 ont été soumis à la torture lourde dans les prisons où les fonctionnaires s’employaient à diverses techniques pour punir les détenus.

La période de détention en Turquie est passée de 3 à 30 jours suite à un décret gouvernemental publié après la tentative du coup d’Etat.

« La période de détention de 30 jours, le fait de ne pas être en mesure d’obtenir l’assistance d’un avocat et la confidentialité imposée aux enquêtes sont en soit déjà un acte de torture. La justice et le droit sont pour tout le monde. L’illégalité se propage rapidement. La violence en détention pourrait victimiser quelqu’un un jour », a averti l’avocat.

Comments are closed.