51000 fonctionnaires licenciés cette nuit suite à la publication d’un décret

0

Un récent décret délivré en vertu de l’état d’urgence de suite à la tentative du coup d’état a conduit aux licenciements de 50,589 fonctionnaires et leur interdisant tout emploi dans les institutions de l’Etat. Publié au Journal officiel jeudi soir, le décret énumère les noms de toutes les personnes concernées.

Le ministère de l’éducation se trouve en tête de la liste avec 28 163 personnes licenciées, la plupart d’entre eux sont des enseignants. Un total de 7669 officiers de police et 323 gendarmes ont été démis de leurs fonctions. Le décret concerne aussi 2346 personnes du Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK), 2018 du ministère de la Santé1519 de la Direction des affaires religieuses829 du ministère des Finances et 733 du ministère de l’Alimentation, de l’agriculture et de l’élevage.

Se trouvent licenciés aussi 24 gouverneurs et 102 vice-gouverneurs. Le décret interdit également le réemploi de ces personnes dans toute institution de l’Etat.

Les autorités pourraient annuler les passeports de 50 589 fonctionnaires et leurs conjoints si nécessaire, selon le décret. En outre, les diplômes de ceux qui ont obtenu leur diplôme dans les écoles du mouvement affilié à l’étranger ont été révoqués par le décret.

« 50 589 employés de l’Etat et liés à FETO ont été retirés de la fonction publique par le décret. La purge se poursuivra », écrivit le vice premier ministre Nurettin Canikli sur son compte Twitter jeudi soir.

La Turquie a survécu à une intervention militaire le 15 Juillet, qui a tué plus de 240 et blessé plus de 2000 personnes. Immédiatement après la tentative du coup d’Etat, le président Recep Tayyip Erdoğan et le gouvernement jeta le blâme sur le Mouvement Gülen, et lança une purge massive à travers la Turquie. Jusqu’à présent 41 407 personnes ont été arrêtées et 22.198 emprisonnées depuis la tentative du putsch.

Avant le nouveau décret, 86.000 personnes avaient déjà été soit licenciées ou suspendues dans les organes de l’Etat. Reste à savoir si le décret implique seulement les personnes qui avaient déjà été suspendues, il laisse à penser qu’il fasse augmenter le nombre total.

FETO est une abréviation, inventé par le gouvernement pour décrire le réseau terroriste présumé que serait  Mouvement Gülen, au sein des institutions de l’Etat.

Le décret prévoit également la mise à la retraite des juges et des procureurs s’ils le souhaitent.

Comments are closed.