34.000 criminels libérés de prison en Turquie

0

Plus de 33.800 prisonniers ont été libérés en Turquie pour vider les prisons surpeuplées après le coup d’Etat avorté.

Le ministre turc de la Justice Bekir Bozdag a annoncé la libération de plus de 33.800 prisonniers. Il s’agit de criminels ayant commis des délits mineurs.

Cette initiative des autorités est liée au surpeuplement des prisons lié aux arrestations après le putsch avorté. Le ministre a précisé que la libération de ces criminels devait être considérée comme une libération conditionnelle et non comme l’amnistie. Ils seront surveillés par la police.

Suite au putsch avorté, de multiples institutions en Turquie subissent des purges intérieures importantes sur fond de soupçons d’implication dans la rébellion. Les autorités ont suspendu, interpellé ou placé en détention plus de 60.000 militaires, policiers, magistrats, enseignants, fonctionnaires et autres personnes dans les jours qui ont suivi l’échec du coup d’Etat. Plus de 74.000 passeports ont été annulés.

Les autorités turques ont également fermé trois agences de presse, 16 chaînes de télévision, 23 chaînes de radio, 45 journaux et 15 magazines. Le 15 juillet, des militaires turcs ont tenté de perpétrer un coup d’Etat dans le pays. Après l’échec du putsch, les forces de l’ordre ont interpellé plus de 6.000 personnes, y compris des officiers généraux et des officiers supérieurs. Selon Ankara, la rébellion avortée a fait 290 morts, 190 civils et 100 putschistes, ainsi que plus de 1.400 blessés. Les autorités soupçonnent Fethullah Gülen, prêcheur islamique et opposant résidant actuellement à Saylorsburg (Pennsylvanie, Etats-Unis), d’avoir organisé la tentative de coup d’Etat et exigent son extradition, alors que ce dernier dément toute implication.

Retrouvez l’article sur fr.sputniknews.com

Comments are closed.